dimanche 18 janvier 2009

Froidure rime avec lecture


En ce mois de janvier si froid, les balades océanes sont vivifiantes (ici, le 1° janvier à Erdeven). Alors, on s'habille très chaudement et on se promène en pensant à la chaleur d'une tasse de chocolat bue en lisant un bon livre. Et ce mois fut plutôt livresque.

J'ai lu
L'enchanteresse de Florence de Salman Rushdie (Plon, 2008). Onirique, fantasque, orientale, érudit. Un bonheur pour ceux qui aiment les contes de mille et une nuits.

Une rivière verte et silencieuse de Hubert Mingarelli (Points Seuil 2003). Une plongée dans l'enfance servie par une écriture minimaliste et très juste. Je n'ai lâché ce petit roman qu'une fois fini et à regrets tant on se laisse partir en vadrouille avec ce petit garçon et son papa.

La robe de Robert Alexis (points seuil, 2008). Un livre court, parfois dérangeant. Une quête identitaire qui ne laisse pas indifférent. L'histoire d'un jeune officier dont la vie va être bouleversée par une rencontre. Il va découvrir alors qui il est. L'écriture est simple, sans concession.

Lady Susan de Jane Austen (Folio 2 euros, 2006). Un très court roman épistolaire où on se délecte des aventures de lady Suzan. Pour vous le présenter, je dirais que c'est le journal d'une "garce"; une jeune veuve qui , 6 mois après le décès de son mari, sème la zizanie parmi quelques ménages. Mais c'est une lady tout de même! Alors les apparences sont sauves.

Je lis

Les années d'Annie Ernaux (Gallimard, 2008). J'ai beaucoup de plaisir à lire cet auto- portrait de femme du XX° siècle. Je n'avais pas compris ce que voulait me dire l'amie britannique qui me l'a prêté quand elle affirmait que c'était très français ,trop pour elle qui n'a pas les mêmes souvenirs. Mais effectivement, ce récit fait également le portrait de la société française avec une justesse de ton, une rigueur dans l'écriture qui me plaît beaucoup. On se retrouve parfaitement dans ces ambiances de repas dominical où tous les adultes ont quelques commentaires bien sentis à faire sur l'actualité et où les enfants s'ennuient en bout de table. On se rappelle avec joie les anecdotes, les références communes. Je sens toutefois beaucoup de mélancolie chez cette femme, des frustrations, des rêves inachevés.

Je lirai
Petits contes de printemps de Sôseki (Picquier Poche, 2003. Un recueil de contes superbes et poétiques d'après mon libraire qui me l'a conseillé. Il y en a 25. Je vais en lire un par jour à partir d'aujourd'hui. Rendez-vous donc vers le 12 février.

Mal de pierres de Milena Agus (livre de poche, 2009). Un portrait de femme à nouveau mais cette fois en Sardaigne. Conseillée par une amie, elle m'a assuré que j'allais me régaler. A voir donc.

Je voudrais lire
L'arrière saison de Philippe Besson (pocket, 2005) parce que j'aime beaucoup le tableau Nighthawks de Hopper qui a inspiré l'auteur, les demeurées de Jeanne Benameur (Folio,2007), la sagesse des mythes de Luc Ferry (Plon, 2008) parce que comme lui je pense que la culture permet d'être libre.
Et tant d'autres choses encore..........

PS: il va des soi que je n'ai aucun lien commercial avec la Fnac. Si tous les liens arrivent chez eux, c'est uniquement pour avoir un aperçu des couvertures. Personnellement, je suis très contente d'aller chez mon libraire de quartier (vent de soleil, rue du château à Auray pour le nommer lui aussi. Il n'y a pas de raison!).

1 commentaire:

pont des lions a dit…

Bravo pour tous tes commentaires sur tes lectures passées, en cours et en prévision... cela fait un petit moment que je n'ai pas plongé dans un bon livre...
Laure